Le mois de septembre a été compliqué. J’avais la tête ailleurs et Chamane en a profité pour s’engouffrer dans la brêche. Difficulté à monter dans le van, pétage de plomb de le van, coups et blessures sur le cheval d’une amie (que Chamane connaît au pré et en balade)… En une seule journée de randonnée oragnisée, elle m’a montré le pire. Les circonstances seraient trop longues à détailler. Mais après cette longue journée riche en émotions, ma confiance en moi et en ma petite jument s’était envolée.

Sans y voir de méchanceté, les randonneurs ont parfois le verbe facile. Ils ne se sont pas fait prier pour évoquer la revente, le couteau, etc. Paradoxalement, c’est la propriétaire du cheval agressé qui, la première, m’a poussé à ne pas renoncer et à progresser.

Après réflexion, j’ai choisi d’emmener Chamane aux Ecuries de Bel Air à Cressanges, chez Sylvain et Angélique. Sylvain débourre des poulains et travaille avec les chevaux difficiles. Angélique l’aide en s’occupant des soins quotidiens et la partie administrative. Vous pouvez aussi faire appel à elle concernant le matériel. Allez jeter un oeil sur le site  sellerie-losia à l’occasion et n’hésitez pas à lui demander conseil.

En demandant de l’aide à Sylvain, je comptais sur son approche du couple cavalier-cheval et son souhait de conserver le respect du cheval au centre de la pratique équestre. Comme je commençais ma formation à Cluny fin septembre, Sylvain a très gentiment accepté de nous faire travailler sur une semaine. Ce qui est un peu court, il faut bien le reconnaître.

Mais quelle semaine ! Tous les jours, toutes les occasions ont été bonnes pour me faire découvrir quelque chose : maréchalerie, dressage, comportement du cheval, attitude du cavalier, matériel,… Tout y passe ! Sylvain est une mine d’information.

Nous avons donc fait quelques modifications sur le sanglage et le tapis de ma selle, afin de libérer les épaules de Chamane. Voilà une selle en place ! Et une Chamane qui ne trébuche plus. Ca me servira de leçon puisque je commence une formation de sellier-harnacheur.

fin-de-cours-ecuries-de-bel-air-cressange-septembre2017-chamane-et-marinette
Fin de cours avec Sylvain (photo d’Angélique Séverin)

Sylvain m’a fait remarqué mon manque de fermeté et de rigueur. Ca n’est jamais un moment agréable en tant que cavalier. Mais j’étais là pour apprendre et me remettre en question. Que ce soit au pré, à la montée dans le van, à l’attache, en longe ou à cheval, j’étais sans doute un peu laxiste avec Chamane.  Le travail en longe a d’ailleurs beaucoup aidé. Quel plaisir de voir ma jument répondre à mes demandes dans le calme.  Quand l’ordre est clair et ferme, la réponse est facile.

Bien sûr nous avons aussi travaillé sur le plat et nous avons discuté biomécanique. Sylvain prend en considération le niveau du cavalier, de la monture, et la discipline pratiquée. Il est attentif à la morphologie de chaque cheval et à ses capacités. J’ai redécouvert une Chamane volontaire et vive dans l’apprentissage. Nous avons donc appris quelques exercices pour la remettre sur les hanches. C’est bon pour son équilibre, ça me permettra de la gérer dans un moment difficile et c’est très agréable pour mon confort.

Concentration-Ecuries-de-Bel-Air-Cressanges-Septembre2017-Chamane-et-Marinette
Chamane au travail (photo d’Angélique Séverin)

Chamane n’a pas montré d’agressivité particulière avec les chevaux rencontrés aux écuries de Bel Air. Allez savoir ce qui s’est passé dans sa tête le jour de cette fameuse randonnée infernale ! Nous sommes donc rentrées chez nous par les chemins. Après un mois difficile, quelques soucis d’ordre privé et l’entrée en formation, j’avais besoin de ce moment seule avec ma jument. Deux jours, 32 kilomètres, un splendide bivouac et quelques belles rencontres plus tard, nous étions de nouveau à la maison.

Depuis nous continuons notre travail. Moi dans mon attitude et Chamane dans son dressage. Pour nos 1 an de « vie commune », j’ai eu le bonheur d’une balade avec une jument concentrée, calme, plus équilibrée dans ses allures et attentive à mes demandes.

Certes le mois de septembre a été difficile, et les mois qui suivront le seront sans doute aussi. Mais je n’ai aucun regret. Je suis une fichue tête de mule et je déteste renoncer quand quelque chose me tient à coeur. Bien utilisé, ça peut aussi devenir une qualité 😉

Je ne remercierai jamais assez Sylvain et Angélique. Cette semaine m’a permis de retrouver confiance en Chamane mais aussi en moi à un moment où j’en avais besoin. Si jamais vous avez un cap difficile à passer avec votre cheval, je vous les recommande. Ce n’est jamais du temps perdu que d’apprendre sur nous-même, sur notre cheval et sur l’équitation en général. Et j’espère que comme moi, vous retrouverez le sourire et vous aurez l’impression d’avoir grandi.

Page facebook des écuries de Bel Air