Petite jument avait le nez qui coulait bien jaune et une bonne toux (surtout à l’effort). Après une prise de température à 39,9°C et des muqueuses décolorées, j’ai tout de suite appelé un vétérinaire.

Diagnostic : une piroplasmose avec des symptômes respiratoires atypiques. Le vétérinaire a fait une injection de carbesia. Il m’a demandé de suivre la température et de le rappeler pour une deuxième injection si la température remontait dans les 24 heures. Vu le nombre de piroplasmose dans son précédent troupeau, je ne suis pas vraiment surprise qu’elle ait été infectée. Avec le recul, je prendrais des mesures plus importantes (analyses après que le 3e cas soit apparu ou retrait du troupeau). Mais il ne sert à rien de refaire le passé.

Quelques jours après l’injection de carbesia, petite jument avait toujours le nez qui coulait et toujours un peu de toux. J’ai donc rappelé un vétérinaire, celui de ma colocataire de pré parce qu’elle ne fait pas confiance à tout le monde et elle était très inquiète pour les siens. Chamane a été mise sous pénicilline. Le vétérinaire lui a fait une prise de sang pour faire un bilan post-piroplasmose et un écouvillonage du naseau pour s’assurer que ce n’était pas une gourme. Résultat de la prise de sang : des globules blancs un peu élevés donc une infection et une confirmation d’une contamination par Theileria equi. Résultat de l’écouvillonage : pas de streptocoques, que des gentils germes qui ont bien leur place dans ses naseaux. Conclusion : certainement un petit virus, rien de méchant…

Rien de méchant, sauf pour le plus vieux du troupeau chez qui le virus a dégénéré en pneumonie. Et là j’ai une colocataire de pré sacrément énervée. Je m’inquiète aussi pour son vieux cheval mais il n’y a pas grand chose que je puisse faire. Chamane est toujours en quarantaine bien qu’elle soit désormais guérit et le vieux est en quarantaine aussi. On aime les voir vivre en troupeau mais c’est une sacré galère quand les maladies débarquent.

dav
« T’as vu ! j’ai les naseaux tout propre ! »

Les beaux jours nous sont un peu gâchés par tout ça pour le moment. Pour voir le côté positif, j’ai appris :

  • que ma jument aime beaucoup les inhalations de thym et de tea tree. Si, si, je lui fais dans un grand seau et elle reste le nez au dessus du seau 🙂
  • qu’on peut utiliser le L52, un médicament homéopathique contre les états grippaux, pour les chevaux. Ne me demandez pas si c’est efficace, autant je suis pour les soins phytothérapiques autant je suis ne utilisatrice sceptique de l’homéopathie.
  • comment faire une intra-musculaire sur un cheval

Et vous, comment soignez-vous les petits et gros rhumes ?