Notre déménagement dans l’Allier s’est bien passé. Chamane m’a fait le plaisir de monter dans le van comme une grande, sans même une hésitation. Je suis très heureuse de la confiance qui s’installe entre nous. Elle promet de beaux moments de complicité.

Mais pour le moment, c’est à ses congénères que Chamane doit apprendre à faire confiance. Elle intègre un troupeau de sept chevaux et poneys. C’est un troupeau soudé, avec une hiérarchie bien installée. C’est assez nouveau pour Chamane, bien qu’elle connaisse certains d’entre eux.

Avec la propriétaire du troupeau, nous sommes d’accord sur la méthode. Pour commencer, Chamane a été déferrée. C’est assez classique pour une intégration et c’est surtout nécessaire avec Chamane-leste-fesse.

Les premiers jours, nous la mettons avec le chef du troupeau et les plus calmes. Chamane accepte tout de suite la domination du chef. Elle retrouve immédiatement ses marques avec Piment, un trotteur bai qu’elle connait et avec qui elle s’entend bien.

dav

Les jours d’après, nous remettons tout ce petit monde avec le reste du troupeau. Avec son fichu caractère, les coups de pieds sont légion. Pendant quatre jours, elle ne se laisse pas approcher par les petits shetlands. C’est à qui chasse l’autre. Piment défend ses petits copains et se retourne plusieurs fois contre Chamane. La première nuit est mouvementée, la clôture (pourtant électrifiée) retrouvée au sol le matin en témoigne. Résultat des courses : des morsures sur les fesses de Chamane et des hématomes sur les shetlands.

dav

Pendant une bonne semaine Chamane se tient à l’écart des autres suivant Piment partout où il va, menacant des fesses et des dents les plus petits. Je suis assez inquiète pour les shetlands, une mauvaise blessure est vite arrivée.

Nous les humains, nous surveillons les marques de blessures et nous nous en mêlons le moins possible. Je prends soin d’aller voir les chevaux un par un pour une petite gratouille, en respectant l’ordre hiérarchique avant de retrouver Chamane au pré.

dav

Après une semaine à bouder les autres, Chamane commence à se rapprocher : d’abord au moment de la sieste matinale où les tensions sont moins présentes. Puis elle se laisse diriger par sa meilleure ennemie : Cheyenne, petite pie aux yeux bleus, grande protectrice des shetlands. Enfin, ce matin je les trouve en train de se renifler l’encolure.

Je suis rassurée, Chamane va trouver sa place dans la hiérarchie du troupeau. Vivre avec un groupe soudé lui fera le plus grand bien et j’espère lui améliorera le caractère face aux autres chevaux. C’est tout de même plus pratique pour la randonnée en groupe.

Morale de l’histoire : pratiquer l’intégration petit à petit, laisser les chevaux se débrouiller entre eux tant qu’il n’y a pas de surplus de violence, surveiller de loin et prendre patience.