Lève-tôt et sa jument Zuzu quitte aujourd’hui la pension pour s’installer de l’autre côté des cols. Pour dire au revoir à nos compagnes de balade, Chamane et moi les accompagnons ainsi qu’Uricane et son propriétaire : l’homme qui chantonnait à l’oreille des chevaux.

Rendez-vous à 08h30… et oui, c’est Lève-tôt qui a programmé les horaires 😉 Je finis de préparer Chamane et notre chanteur fait quelques étirements devant son cheval qui finit sa nuit.

En montant vers le col de la croix du Ban, Uricane ouvre la marche motivé sans doute par les fredonnements de son cavalier. Lève-tôt et Zuzu suivent tranquillement derrière et profitent de la vue qui s’offre à nous.

Après le col de la croix du Ban, nous cheminons dans des sous-bois fleuris (des violettes ? il faut vraiment que j’apprenne à reconnaître les fleurs). Nous croisons ou dépassons plusieurs groupes de marcheurs avec qui nous échangeont quelques mots. C’est une des choses que j’aime quand on se promène avec les chevaux. Les gens sont curieux ou amusés et engagent facilement la conversation. On échange quelques politesses et quelques banalités : la météo, d’où on vient, où on va. L’espace de quelques minutes, on appartient au même groupe. Puis on se souhaite bonne promenade et chacun repart avec son sourire.

Au col de la Luère, je découvre, surprise, l’entrée du domaine du château de Saint-Bonnet-le-Froid. Les tours de la Luère avec les pins derrière, nous donne l’impression d’entrer dans un autre monde. On s’attend presque à voir un chevalier en armure surgir des bois tel un fantôme.

Un peu plus loin, nous apercevons entre les arbres le château de Saint-Bonnet-le-Froid. J’aime les vieilles pierres. Lève-tôt m’explique que le château a servi à des tournages de film (notamment le film « Les Lyonnais »). J’apprends plus tard que ce site est occupé depuis fort fort longtemps. D’abord lieu de culte druidique, les romains s’y installent ensuite. Ils y dresseront un autel à Mercure. Le hameau de Saint-Bonnet-le-Froid se trouve sur le tracé d’une voie romaine : la voie d’Aquitaine. Les conditions de franchissement y étant difficiles l’hiver (750 m d’altitude), le tracé de la voie changera par la suite.  Les chrétiens consacreront l’autel à la Vierge et y érigeront une chapelle au VIIIème siècle. Le château a aussi été la demeure de moines bénédictins. Ce lieu a vu pas mal de monde défiler… si seulement les pierres pouvaient nous conter tout ce qu’elles ont vu.

Lève-tôt et notre chanteur admirent le paysage et énumèrent le nom des villages que nous apercevons au loin. Nous décidons de déjeuner devant cette vue sur le Lyonnais et le Beaujolais.

sieste-chamane-zuzu-uricane-chatel-mars2017-chamaneetmarinette

Nous faisons ensuite une pause café chez Lève-tôt puisque nous passons à côté de sa maison. Elle offre à boire aux chevaux qui piquent un petit somme. Chamane aime le jardinage alors elle taille aussi un peu les rosiers (oups !).

Nous laissons Lève-tôt et Zuzu devant leur nouvelle pension et poursuivons à travers les vergers jusqu’à Saint-Pierre-la-Palud. Nous traversons le village à l’heure de la récréation pour le plus grand plaisir des petits. Nous finirons notre randonnée par Sourcieux-les-Mines que Chamane et moi connaissons très bien maitenant. Nous nous y baladons souvent (ici ou ).

Au retour je me sens un peu triste de savoir que mes compagnes de balade sont désormais loin. Mais je suis heureuse de cette belle journée et de savoir qu’elles vont profiter d’un nouveau terrain de jeu pour leurs promenades. Je leur souhaite de belles chevauchées. Chamane et moi irons certainement nous égarer au col de la Luère pour les retrouver.

Itinéraire sur visugpx : ici.