Un matin de novembre, le téléphone sonne : « Bonjour tout le monde, une des juments d’A. est en train de déclarer la teigne. Rien de grave personne ne s’affole, cependant c’est contagieux donc il faut surveiller et traiter tous les chevaux qui présentent des symptômes. Merci de surveiller vos chevaux et de me signaler toute suspicion. » Outre cela, le message contient une description tout à fait précise des symptômes : « apparition d’une bosse de la taille d’une pièce de monnaie (plutôt un à deux euros que cinq cents) sur le dos ou sur la croupe généralement. On la sent bien quand on passe les doigts dessus. Au bout de quelques jours les poils tombent, cela fait un trou bien net, la peau n’est pas forcément irritée ».

Je m’en vais donc voir ma petite jument. Elle, la teigne ? Vous voulez rire ! …Et pourtant voilà un joli rond de peau bien nu, là, sur sa hanche ! J’avoue que je râle un bon coup contre le patient zéro qui nous a infesté. En fait, il n’y peut rien : la teigne s’attrape par contact direct ou indirect avec un animal infecté mais elle peut aussi être présente dans l’environnement. J’ai beau savoir tout ça, je… peste !

Ma jument a donc bien chopé la teigne. Chamane infestée. Poisse ! Je dois bien sûr faire remonter l’information. Ben oui, c’est comme avec les enfants qui ont des poux, il faut dénoncer son petit chéri pour le bien de tous.

Qu’est-ce que la teigne ? À part un emmerdement maximum, il s’agit d’une mycose. De son nom scientifique : demartophytose, la teigne est due à des champignons microscopiques qui colonisent la peau et les poils. Ils produisent des spores qui en se diffusant, contamineront les autres chevaux et l’environnement. Veillons donc aussi à traiter le matériel (tapis de selle, matériel de pansage, …).

Heureusement, le message contenait aussi le nom du remède : un anti-mycosique (chut chut ! pas de marque). Me voilà en quête du remède miracle. Deux pharmacies plus tard, je me résigne à attendre un peu plus de 24h pour obtenir la lotion miracle.

En attendant la solution définitive, voici le petit conseil donné par un médecin avisé, homme de cheval et jamais à court de solutions temporaires ou alternatives : bien enduire les bosses et dépilations d’une bonne couche de vaseline. Cela étouffe le champignon et réduit la diffusion des spores. Donc au mieux ça réduit un peu la propagation, au pire votre cheval aura le poil tout gras. Technique adoptée par les autres propriétaires pendant la pénurie de potion magique.

Bien se méfier que, si la peau est un peu irritée, votre joyeux équidé risque de ne pas apprécier. Oui, ma charmante jument a essayé de me botter les fesses alors que j’enduisais les siennes.